Fleximobile m’a aidé à savoir ce que cachait ma fille.


Ma fille de 16 ans est très active sur les réseaux sociaux. Depuis le début du cycle électoral, elle passe presque tout son temps à discuter avec des inconnus ou à s’impliquer dans un mouvement.

J’essaie de ne pas «débattre» avec les gens en ligne aux sujets politiques comme ça fini souvent par des disputes. Cependant, j’étais un peu fier de ma fille et content de l’encourager dans des choses en quoi elle croyait.

Je ne savais pas à quel point les choses peuvent mal tourner surtout à la présence de mauvais personnes sur le net pouvant menacer la stabilité d’une famille.

Ma fille en tant que cible
Ma fille utilise évidemment la plupart des applications modernes comme facebook, We chat, whatsapp, etc. Je connaissais les risques potentiels de ces applications, j’ai donc installé fleximobile sur son Samsung avant de lui en donner, et honnêtement, je ne savais pas que ça va être plus pratique et très utile quand à la protection de ma fille.

Quoi qu’il en soit, après ses arguments habituels sur les réseaux sociaux, elle a commencé à recevoir des messages désagréables à son encontre. Elle a été choquée mais a rapidement bloqué ces personnes. Le vrai choc est quand ces derniers ont commencé à lui envoyer des messages sur Instagram, et sur messenger et tous les autres applications qu’elle utilisait pour communiquer menaçant de diffuser notre adresse de domicile et des photos privées qu’ils ont soi-disant capturé.

Ma fille était têtue et ne m’a pas parlé de ces messages ou des menaces qu’elle recevait. Elle pensait pouvoir confronter ces débiles toute seule et cherchait à répondre à tous ces messages.

Maintenant, si vous êtes un parent qui sait que son enfant est ciblé en ligne, la dernière chose à faire est de lui demander de répondre à ces messages. Car c’est appât pour provoquer leur cible et la pousser à les suivre.

Comment Fleximobile m’a aidé pour intervenir?

Ma fille semblait toujours agitée ou juste inquiète, mais elle ne m’a pas dit ce qui se passait. C’est ce qui m’a rendu méfiant. J’ai installé fleximobile. Grâce à ce logiciel, j’ai pu suivre son activité sur toutes les applications qu’elle fréquentait et lire les messages qu’elle envoyait et recevait. J’ai même lu ses messages WhatsApp où elle expliquait à ses amis comment elle ripostera.

Je me suis rendu compte de la gravité de la situation et ai intervenu en lui parlant de la façon dont elle agissait dernièrement et de son état douteux afin qu’elle me dise ce qui se passait (même si je le savais déjà). Il a fallu une dispute, mais elle en est arrivée au point où elle m’a dit ce qui se passait. Je l’ai alors convaincue qu’engager ces personnes était exactement ce qu’ils voulaient, et qu’elle devrait rester loin des réseaux sociaux pour un moment. Elle a obéit.

J’exhorte chaque parent à être conscient des dangers auxquels sont exposés nos enfants et à prendre des mesures si nécessaire.